Benjam’s conférence : Patrick Chauvel

écouter son intervention

Logo site   Vendredi 16 janvier 2015, par Jean-Jacques PELLEGRINI

Patrick Chauvel est un reporter-photographe de guerre et réalisateur de documentaires français.
Du Vietnam dans sa jeunesse à la Tchétchénie, il a couvert de très nombreux conflits dont il a ramené de nombreuses photographies et des documentaires. Ses images ont fait la Une de ’Match’, ’Time’, ou encore ’Newsweek’.

Passionné par l’information plus que par l’image, le reporter a traversé bien des guerres, dont il s’est tiré de justesse. Le corps de Patrick Chauvel porte les stigmates de la guerre. État des lieux : fémur abîmé par une balle en caoutchouc en Irlande du Nord (1972) ; quatre éclats de mortier dans le cou, la cheville, le genou et le coude au Cambodge (1974) ; une balle dans la cheville en Iran (1979) ; quatre mètres d’intestin en moins et un trou dans le dos après qu’une balle lui eut traversé le corps à Panama (1989).

« On ne savait pas ! »

Cette phrase entendue à la fin de la Seconde Guerre mondiale n’est plus possible. Aujourd’hui on sait. Les journalistes sont partout épaulés par des « reporters citoyens ». L’information circule dans le monde entier par des réseaux de toutes sortes, rapide et en temps réel. Une technologie fabuleuse au service de l’information qui a changé les moyens de travailler.

Transmettre rapidement, c’est un plus, mais cela n’exclut pas de prendre son temps pour observer, s’imprégner des évènements afin de mieux comprendre et raconter. Le défi pour les journalistes qui sillonnent le monde est de rester des témoins passionnés qui prennent le temps d’être à l’écoute. Trouver la bonne distance, pour photographier.

« La première victime de la guerre est la vérité ! » c’est à nous de la rechercher, de la trouver et de la montrer. Notre pouvoir n’étant que la moyenne de ce que l’on peut faire et de ce que les circonstances nous permettent. En zone de guerre cet accord de notre propre force avec la fatalité des événements est fragile. Une mission difficile, on est dans « l’Histoire bataille » et nos témoignages feront partie de la mémoire collective.

Une lourde responsabilité qui est aussi une chance formidable, celle d’avoir un objectif clair. Être celui à qui les hommes en colère confient leur détresse. Partager leurs épreuves pour ensuite raconter à ceux qui veulent savoir. Connecter le monde de la paix avec celui de la guerre, pour que les hommes décident de leur destin en connaissance de cause.

Une passion, une façon de vivre que j’aimerais transmettre pour ne plus entendre : « On ne savait pas ! ». Aujourd’hui ceux qui ne savent pas sont ceux qui ne veulent pas savoir…

Patrick Chauvel



Les thèmes abordés : la géopolitique au travers des conflits, l’analyse de l’image, le travail et le rôle du journaliste-reporter, et surtout le témoignage d’un homme au travers des conflits depuis les années soixante jusqu’à aujourd’hui).
écouter son intervention :

IMG/mp3/chauvet_12_janv-2015.mp3

Regarder ses photographies

PowerPoint - 9 Mo

.
.
Documents :
Fondation Patrick Chauvet
Sur France Inter
L’humeur vagabonde :Le photographe Patrick Chauvel
au CDI
.
En portfolio l’exposition réalisée par les élèves

Répondre à cet article