Promenade et réflexion avec Quentin Tarantino

4 classes avec leurs professeurs découvrent l’œuvre d’un géant du cinéma : Quentin Tarantino

Logo site   Dimanche 15 novembre 2015, par Marie-Claude BOULEY

Mardi 10 novembre 2015, salle Léonard de Vinci, lancement de la 9ème saison de Benjam’ Conférences.

Philippe Ortoli, enseignant en études cinématographiques à l’Université de Corse et d’Aix Marseille, ouvre le bal. Adolescent « cinéphile et cinéphage », P.Ortoli a la passion des salles obscures…et il en a fait son métier. Le public lycéen, intéressé et attentif, rassemble des passionnés du 7ème art, conduits par M Souvay et Mme Noguès, des apprentis-philosophes avec Mme Girault, des anglicistes curieux du cinéma américain, guidés par Mme Gauthier et une classe de 2nde mise en appétit par Mme Gallo. P.Ortoli, tel le magicien des contes, possède les clés du « coffre » contenant les arcanes de l’univers cinématographique de Quentin Tarantino.

Suivons notre guide érudit !

Inutile de présenter longuement ce cinéaste américain, bien connu des adolescents et du grand public. Reservoir Dogs dès 1992, Pulp fiction récompensé par la Palme d’Or à Cannes, Inglourious Basterds et Django Unchained… autant de succès commerciaux !

Or le cinéaste est très éclectique et a de multiples talents protéiformes. Jugez-en ! Acteur dans ses films, tel l’immortel Hitchcock, Tarantino réalise pour la télévision documentaires et cycle de westerns, trouve le temps de s’illustrer dans le roman graphique et de mettre au point des jeux vidéo. Son activité tous azimuts vous coupe le souffle…n’est- ce pas…

Une formule-coup de poing du conférencier secoue les auditeurs : « Quentin Tarantino n’est pas un pilleur mais un passeur ». Aucun doute …Q.Tarantino sait créer du neuf à partir de l’ancien. Ce cinéaste doté d’une véritable culture encyclopédique dans son domaine de prédilection, revisite et rend hommage- discrètement- au kung fu, au film de sabre et au western italien… dans de multiples séquences, à la grande satisfaction du spectateur…Un véritable tour de force !

A l’issue de l’exposé et du dialogue avec la salle quelles images retenir ?

Serait-ce la scène d’énucléation dans Kill Bill, emblématique de l’univers du cinéaste, marquée par la violence et la vengeance ?

Ou bien, point d’orgue inattendu à une conférence brillante, cette démonstration de sabre japonais, experte, savante, impressionnante, réalisée par un collègue ?

Répondre à cet article

1 Message