Entretien avec Typhaine Guillemot, doctorante talentueuse et résolue

A l’occasion de la conférence de Typhaine Guillemot, le mardi 5 janvier 2016, nous souhaitons en savoir davantage sur cette ancienne élève du lycée Benjamin Franklin.

Logo site   Lundi 4 janvier 2016, par Marie-Claude BOULEY

1-Typhaine, pourriez-vous retracer les étapes essentielles de votre parcours  ?

Depuis ma tendre enfance, l’archéologie et la géologie sont mes deux passions. Lycéenne à Benjam’, j’y obtiens le bac S option SVT et m’inscris à l’Université d’Orléans en géologie. Or, on peut appliquer la géologie à des problèmes archéologiques et relier ainsi ses deux passions. Quel bonheur de le découvrir ! La recherche m’intéresse et au terme de mon master je choisis un sujet de thèse dans mes domaines de prédilection au laboratoire Chrono-environnement de l’Université de Franche-Comté.

2- Typhaine, quel est votre travail sur le terrain ?

En juin 2013, accompagnée par d’autres chercheurs du laboratoire Chrono- environnement j’effectue une mission de trois semaines au sud du Groenland. Nous campons une semaine. Chaque jour, il faut porter le matériel scientifique. C’est donc très physique et les conditions climatiques sont assez rudes…même en juin. Le travail sur le terrain consiste à déposer des carottes dans les lacs et cela permet de prélever des sédiments lacustres. Nous découvrons ainsi les modifications liées aux variations climatiques et aux activités des populations.

3- Dans le cadre de votre laboratoire quelles sont vos activités  ?

Au laboratoire Chrono- environnement le quotidien d’un chercheur n’est pas un long fleuve tranquille : étude des carottes des sédiments, publication d’articles scientifiques, participation à des colloques, activité d’enseignement et vulgarisation scientifique, à l’occasion de la Fête de la Science, par exemple.

4- Que pensez-vous de la COP 21  ? Sur la COP 21, j’ai des sentiments assez mitigés. Je déplore, néanmoins, l’absence de personnalité scientifique. Les réelles conséquences environnementales ne sont pas prises en compte ! Les dispositions concernent, certes, les générations futures et c’est tant mieux. Mais prochainement, peu d’effets !

5- En ce début d’année, quel message adresser aux lycéens de Benjam’  ?

Fais ce que tu aimes ! Prends ton destin en main !

Un chaleureux merci, Typhaine, pour vos réflexions intelligentes franches, judicieuses ! Bonne route !

Répondre à cet article