Atelier Benjam’s Conférence : Philippe Grillot

Logo site   Mercredi 13 janvier 2016, par Jean-Jacques PELLEGRINI

Philippe Grillot est mathématicien, enseignant-chercheur à l’université d’Orléans, spécialiste d’équations aux dérivées partielles. Très impliqué dans les actions de popularisation des mathématiques auprès du grand public, des élèves et des professeurs, il est notamment à l’initiative par exemple du Centre Galois.

Titre de l’atelier : Des maths savonneuses.
Résumé : A l’aide de supports métalliques et d’eau savonneuse nous ferons apparaître des films d’eau savonneuse aux propriétés bien étonnantes. En particulier l’eau savonneuse matérialise une surface qui a la plus petite aire parmi toutes les surfaces pouvant s’appuyer sur le cadre métallique. On les appelle alors « surfaces minimales ». Ces membranes d’eau savonneuse ont été les premiers supports visuels pour les mathématiciens puis au début des années 1980 avec l’arrivée de l’ordinateur une multitude de surfaces minimales ont pu être observées. Bien que ces membranes d’eau savonneuse aient une courte durée de vie elles sont étudiées par les mathématiciens depuis le 18-ième siècle et sont encore un domaine actif de la recherche fondamentale en mathématiques. Nous verrons également que ces objets ont aussi inspiré le génie inventif de la communauté des architectes.

Titre de l’atelier : Billards lumineux.
Vous êtes nombreux à avoir été surpris d’entendre chuchoter une personne au milieu d’une assemblée de personnes dans des lieux comme le quai d’un métro ou bien dans de vieux édifices. Votre étonnement fût encore plus grand de constater qu’après un petit déplacement les voies disparaissaient... Nous expliquerons ce phénomène à l’aide de billards lumineux en montrant notamment l’existence de trajectoires périodiques dans des triangles, à l’intérieur d’une ellipse,... Ces questions autour des trajectoires périodiques ont été motivées notamment par l’étude de gaz confinés dans un récipient dont les molécules rebondissent sur les parois. Les questions et les réponses que peuvent apporter les mathématiciens intéressent notamment les laboratoires pharmaceutiques pour des modèles de thérapies par voies orales.

Répondre à cet article