Un mathématicien sans frontières à l’esprit libre : P.Cartier

Vendredi 25 mars, P. Cartier rencontre en salle Léonard de Vinci élèves et de nombreux enseignants à l’occasion d’une conférence. Retour sur ces heures marquantes.

Logo site   Jeudi 31 mars 2016, par Marie-Claude BOULEY

Ce vendredi 25 mars, en salle Léonard de Vinci, les étudiants de BTS ELEC, accompagnés de M Inacio, une TS avec Mme Gomes et des élèves de 2nde conduits par M Setraji, sont attentifs et silencieux. Un public, composé d’enseignants, se presse, déférent.

Quelle image retenir de Pierre Cartier ?

Le mathématicien érudit et brillant, à l’esprit non conformiste, le militant engagé dans les combats de son époque, le conteur captivant, aux anecdotes drôles et piquantes ?

Pierre Cartier, en effet, ancien élève de l’E.N.S. Ulm(Ecole Normale Supérieure), directeur de recherche émérite au CNRS, enseignant à l’I.H.E.S.(Institut des Hautes Etudes Scientifiques), membre très actif du séminaire Bourbaki, est à la fois un acteur de premier plan de l’évolution des mathématiques et un témoin privilégié des récentes turbulences de l’Histoire.

Pierre Cartier habite l’histoire des mathématiques et sait nous faire partager sa passion.

L’évocation d’Euler le magnifique est éblouissante et vertigineuse.

Euler, cet homme des Lumières, né à Bâle, ami des frères Bernoulli, une famille de mathématiciens, s’illustre dans tous les domaines des mathématiques, en physique, en astronomie ; il compose même une théorie musicale.

Son œuvre, composée de soixante- quatorze volumes, est impressionnante et nous restons pantois face à ce génie…

Et que dire de la beauté et de la fécondité des mathématiques ?

Sur ce sujet notre guide, P. Cartier, nous convie à découvrir des raccourcis saisissants et à revisiter l’Histoire.

L’agriculture balbutiante de nos ancêtres du néolithique coïncide avec les débuts de la numération ; les observations astronomiques ont contribué à l’élaboration du calendrier…

Le but des mathématiques est de fournir, ne l’oubliez pas !, " des outils nouveaux et performants " martèle le conférencier.

La vision mythique du savant-ermite enfermé dans son antre, préoccupé de ses seules équations, est bel et bien morte !

Une autre facette de Pierre Cartier, ô combien précieuse à ses yeux ! : vivre en scientifique sans frontières, inséré dans un réseau pour contribuer à la paix, œuvrer à un rapprochement entre pays et participer aux combats de la liberté aux quatre coins de la planète.

" I have a dream" les paroles du pasteur Martin Luther King résonnent alors dans nos mémoires…

Pierre Cartier, « un savant de la Renaissance », selon la belle expression d’un collègue universitaire, a fait sienne l’opinion de François Rabelais, grand humaniste et médecin :

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme.  »

Répondre à cet article