Une visite studieuse et joyeuse au Musée des Beaux Arts

Le 16 mars dernier le Musée des Beaux Arts d’Orléans ouvrait ses portes à la 2nde ELEEC

Logo site   Mardi 26 avril 2016, par Marie-Claude BOULEY

Dans le récit autobiographique la Place, Annie Ernaux, écrivaine contemporaine, évoque longuement son père, un petit commerçant d’Yvetot, et formule ce constat sans appel : « Il n’a jamais mis les pieds dans un musée. »

Eh bien, non ! Accéder à l’art et au patrimoine n’est plus réservé aux seuls happy few… !

Le 16 mars dernier, la visite au musée des Beaux-Arts d’Orléans de la 2nde ELEEC, accompagnée par leur professeur de français, Mme Jassin, et par Mme Lachenais, enseignante en Arts Appliqués, s’inscrit pleinement dans une belle démarche pédagogique d’ouverture culturelle. Dès l’entrée, les professeurs familiarisent les groupes avec les codes en vigueur dans un lieu muséal. Puis c’est la recherche de tableaux, et ça c’est vraiment ludique !... comme une grande chasse au trésor, pleine d’allégresse. Décrypter un tableau, comprendre la démarche du peintre ou du sculpteur, connaître la technique employée, percevoir une émotion esthétique, insoupçonnée jusqu’à présent, que de surprises émerveillées !
De plus, se sentir touché par une peinture où figurent des personnages mythologiques, Achille et Patrocle, ou Jonas, ce héros biblique… ce n’est pas évident quand on a 17 ans… Pourtant les élèves relèvent le défi et découvrent le concept du beau et son caractère relatif, rejoignant ainsi Voltaire, le philosophe des Lumières, rédacteur de l’article Beau :

« Demandez à un crapaud ce que c’est que la Beauté, le grand beau, … Il vous répondra que c’est sa femelle avec deux gros yeux ronds sortant de sa petite tête, une gueule large et plate, un ventre jaune, un dos brun. »

La préparation soignée de la sortie et l’accompagnement attentif des professeurs sur les lieux sont les moteurs de la réussite incontestable de cette approche de l’Art.

Répondre à cet article