Quittez vos prisons, brisez vos chaînes !

En mai 2016 l’action "Affiner son esprit critique" 2015-2016 aboutit à la production de 95 affiches réalisées par 11 classes. Découverte et analyse des six travaux primés et récompensés, visibles au CDI du lycée.

Logo site   Lundi 30 mai 2016, par Marie-Claude BOULEY

Cette année 95 affiches colorées, élaborées par 11 classes, illustrent l’action aux multiples facettes : Affiner son esprit critique

Depuis le 17ème siècle le conseil du poète Boileau n’a pas pris une ride : « Remettez cent fois votre ouvrage sur le métier », tant le travail des élèves est soigné.

Les messages, tour à tour, péremptoires, drôles, humoristiques, se déclinent autour d’une thématique commune : les addictions.

Le mot addiction est chargé d’histoire…Le saviez-vous ? Au Moyen-Age un débiteur insolvable est contraint de donner en gage au créancier... son propre corps pour rembourser sa dette. Cela fait froid dans le dos, n’est-ce pas…

Parmi les six affiches primées, celle réalisée par Alexia et Kenza en 2nde 7, se distingue par son caractère didactique et nous lance un avertissement solennel.

Matéo et Grégoire de 2nde 7, Mathilde, Agsa et Myriam en 2nde 4, Angèle en 2nde 6, ces trois groupes de dessinateurs prennent pour cible le tabac. Deux slogans concoctés : « Pourquoi consumer sa vie au lieu d’en profiter ! », « Je fume, tu fumes, il fume, nous fûmes » prônent une vigilance extrême. Si la cigarette s’empare de toi, tu es sa chose, tu deviens sa proie, alors, tiens-toi en éveil ! nous prédisent les artistes en herbe.

La 3ème mise en garde évoque le plaisir éphémère du tabac.

Déjà au 17ème siècle le poète baroque Saint Amant formule le même constat, lucide et -ô combien !- désabusé- :

« Non, je ne trouve point beaucoup de différence

De prendre du tabac à vivre d’espérance,

Car l’un n’est que fumée, l’autre n’est que vent. »

Amandine et Hélène de 2nde 6, elles, imaginent le décor futuriste, d’une angoissante et labyrinthique ville-prison, familière aux lecteurs de Kafka, pour souligner l’impasse tragique de la drogue.

Et que dire de la nomophobie, un mal si répandu chez les lycéens ? Manon et Anaïs, des élèves de 2nde 5, s’en préoccupent. L’addiction au cher smartphone associée à la noyade, accompagnée d’un pressant appel au secours en dit long sur la dépendance…et la volonté farouche de s’en débarrasser.

Professeurs, infirmières, intervenantes de l’A.P.L.E.A.T. sont des passeurs et des semeurs de savoir.

Ainsi, telles les abeilles butinant çà et là et faisant leur miel, les lycéens se forment !

Répondre à cet article