M AUBRAC devant les élèves

Logo site   Samedi 28 novembre 2009, par Jean-Jacques PELLEGRINI

Photographies,

article de la République du centre (6/11/2009)

livre d’or

Compte-rendu de Falone Ngbondo Ndongagne, Moncef El Idrissi et Yohann Foulet de seconde 9



Le 5 novembre 2009 , l’événement de Benjam’sciences c’était notre rencontre avec Raymond Aubrac Salle de Leonard de Vinci de 14h à 16h au lycée Benjamin Franklin

C’est un grand honneur pour le lycée d’avoir reçu un personnage aussi considérable que Raymond Aubrac, sollicité par les radios, les télévisions ou d’autres institutions prestigieuses. Pour ce monsieur, c’était l’occasion de transmettre courage et espoir aux génération futures afin de continuer le combat.Nous sommes encore frappés par l’incroyable énergie de cet homme de 95 ans qui a l’art de raconter et de faire partager son expérience. En toute simplicité et modestie, il a retracé ses actions menées pendant la résistance, actions que l’on peut qualifier d’héroïques.

Parcours pendant la guerre (1939-1945)

En 1939, Raymond Aubrac revient des Etats-Unis avec sa licence d’ingénieur en génie civil ,puis fait son service militaire obligatoire, et enfin devient sous-lieutenant à Strasbourg. Il y rencontre celle qui sera sa femme par la suite , Lucie. l’Allemagne attaque alors qu’il construisait la ligne Maginot. Il sera appelé pour aller sur le front où il sera fait prisonnier de guerre en 21 juin 1940. Il sera rapatrié dans une caserne peu après. Lucie lui envoie un colis avec un vêtement de mécanicien après avoir appris le lieu où il était retenu, ce qui lui permet de s’échapper car la sécurité étant par chance imparfaite. Il s’installe avec Lucie à Lyon. Le couple demande des visas pour les USA mais commence à s’engager dans un "jeu", drôle de jeu à travers les tracts, graffiti et journaux clandestins….Jeu dangereux !

La résistance et l’évasion

En 1942, l’action se durcit. Il est maintenant question de transport d’armes, de sabotages des ponts et même de destruction dans la majeure partie des cas tandis que l’Allemagne décide de prendre le contrôle des institutions françaises. Le 18 juin 1940, le général De Gaulle lance un appel aux français (l’appel à la résistance) mais la plupart des Français ne l’entendent pas... En revanche, ils en prendront connaissance plus tard. Cet appel ne suffisant pas, le général De Gaulle décide avec les anglais, d’envoyer des officiers Français et Anglais vers la France afin de créer des réseaux franco-britanniques dans le but d’aider les prisonniers et les personnes recherchées pour des missions de sabotage. La Résistance se structure. Des journaux clandestins sont diffusés pendant que les habitants aident de leur mieux les évadés Français recherchés par les polices Allemandes. Jean Moulin, envoyé par De Gaulle, commande la Résistance et crée une armée secrète : Le Creuset dont le général Delestraint, qui en prend le commandement, préparera le débarquement. En 1943, la répression augmente et pour remédier à cela, Pétain crée la Milice que son adjoint, Pierre Laval, commandera.
Lucie Aubrac continue d’enseigner l’histoire-géographie et fera pression sur le procureur afin qu’il accorde la liberté conditionnel à son mari lorsque celui-ci sera arrêté...

Le 21 juin 1943, la Gestapo réussit à arrêter deux résistants qui ne sont autres que Raymond Aubrac et Jean Moulin. Ils seront torturés et Jean Moulin meurt peu après. Lucie Aubrac tentera deux fois de sauver son mari. La première tentative visait à l’empoisonner à petite dose pour l’envoyer à l’hôpital mais cela échoua.
La seconde fut de tendre une embuscade avec un groupe de résistants aux Allemands lors du transfert de Monsieur Aubrac vers une autre prison. Quatorze prisonniers ont été ainsi sauvés. Le couple Aubrac part pour l’Angleterre mais, comme il faisait très froid dehors, l’avion avait gelé et était collé au sol. Les habitants les aidèrent en leur amenant leurs bœufs pour tirer l’avion qui enfin décolla pour l’Angleterre. Raymond Aubrac, sa femme et ses trois enfants restèrent sur le territoire britannique jusqu’à la fin de la guerre.

Quelques-unes de nos questions et de ses réponses

Avez-vous pensé à abandonner la résistance ?
Après tous les traumatismes que Raymond Aubrac a subis, tous les moments difficiles qu’il a vécus, il n’a jamais songé un seul instant à abandonner la Résistance.

Pensez-vous qu’il y a encore aujourd’hui des raisons pour que les jeunes résistent ?
D’après Raymond Aubrac, oui, les jeunes d’aujourd’hui ont besoin de résister pour avancer et réussir dans la vie car ils ne peuvent compter que sur leur détermination pour arriver à leur fin. Il faut être optimiste pour construire un meilleur avenir et avoir envie de le vivre.

Pourquoi avez-vous accepté de venir ?
Tout d’abord, il a accepté de venir par respect pour notre demande et pour pouvoir transmettre aux jeunes ce qu’il a vécu.

Est-ce par amour ou par obligation que Lucie a pris tous les risques pour vous faire évader ?
Lucie et Raymond avaient une attirance très importante l’un envers l’autre et ils avaient tous deux cette capacité à résister et à ne pas baisser les bras. Lucie aimait bien les situations comme celles qu’ils ont vécues et c’est pour cela qu’elle a pris tous les risques et c’était aussi pour elle un devoir. Et c’est avec modestie qu’il tient à penser que si Lucie a tout fait pour qu’il puisse s’évader, c’est par Amour.